Le Musée National, gardien de la mémoire

1 soirée, 3 rendez-vous
Dimanche 25 Avril 2021

20:00 Beyrouth / 19h00 CET
projection en ligne du film
Le Musée National, défi à l’oubli
1996, 38′, Bahij Hojeij, V.O. sous titrage français,

20:40 Beyrouth / 19h40 CET
projection en ligne du film
National Museum, Revival
2016, 14′, Bahij Hojeij, texte en anglais.

21:00 Beyrouth / 20h00 CET
discussion Zoom sur
Le Musée National, gardien de la mémoire
avec Anne-Marie Maila Afeiche, Directrice Générale du Conseil Général des Musées du Liban,
Isabelle Doumet Skaf, conservatrice / restauratrice,
Bahij Hojeij, réalisateur et producteur,
et Joumana Rizk, modératrice.

Les 2 films

Le Musée National, défi à l’oubli
1996, 38′, Bahij Hojeij, V.O. sous titrage français.

Le Musée National a donné son nom au carrefour le plus passant de Beyrouth. Durant plus de 15 ans de guerre, de 1975 à 1990, le « Musée » est devenu le témoin muet de la scission de tout un pays. Criblé de balles et d’obus, il n’était plus qu’une lamentable béance. En 1990 les canons se sont tus et ce n’est qu’en 1995 que les travaux de restauration ont commencé…
En cette periode de destructions et de naufrages, ce documentaire revient sur la volonté des Libanais de se retrouver autour d’un symbole fort de leur identité, de leur héritage, de leurs espoirs : le Musée National.

National Museum, Revival
2016, 14′, Bahij Hojeij, texte en anglais.

National Museum, Revival retrace la restauration et l’aménagement du Musée National de Beyrouth après la fin des combats, à partir de 1995. En 2016, le sous-sol du musée resté fermé jusqu’à ce jour, a été réaménagé avec le soutien de l’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS Beyrouth), sous la direction de l’architecte-muséologue Antonio Giannarusti.
Cet espace de 700 m2 est dédié entièrement à l’art funéraire.
National Museum, Revival est projeté en permanence aux visiteurs du musée.

La discussion sur Zoom



Bahij Hojeij a fait des études de philosophie et de théâtre à l’Université Libanaise et des études de cinéma en France (Ecole Nationale Supérieure Louis-Lumière- Université Paris 8-  Ecole des Hautes Etudes en Science Sociales). Il est depuis 1990 professeur de cinéma à l’Institut des Beaux-Arts (Université Libanaise). Depuis 1985 il a réalisé plusieurs documentaires indépendants dont : La ligne verte (1987), Beyrouth, dialogue de ruines (1993), Le Musée National, défi à l’oubli (1996), Beyrouth dévoile ses trésors (1997), Kidnappés (1998), Liban message d’une terre sainte (2000), Les moissons de la mémoire (2001), Cités d’Orient, Beyrouth (2001), La Future B.N de Beyrouth (2002), 100 ans de presse au Liban (2007), Beaufort dévoilé (2014), Le Musée Sursock revisité (2015), Le Musée National, Revival (2016)… et bien d’autres.
Depuis 2002 il a réalisé et coproduit trois longs métrages, sélectionnés et récompensés dans plusieurs festivals arabes et internationaux : Zennar el Nar (La ceinture de feu) 2004, Chatti ya dini (Que vienne la pluie) 2010 et Good Morning (2019).



Anne-Marie Maila Afeiche, nommée en avril 2018, Directrice Générale et Présidente du Conseil d’Administration du Conseil Général des Musées, est archéologue, diplômée de l’Ecole du Louvre – Paris et titulaire d’une Maîtrise en Histoire de l’Art et Archéologie de l’Université d’Aix-en-Provence.
Son implication au Musée national débute en 1993. Elle œuvre alors, au sein d’une petite équipe à la réhabilitation du Musée National de Beyrouth, fortement endommagé durant les années de guerre et s’occupe plus particulièrement de la gestion des collections archéologiques. Elle participe à la remise en état du Musée et à l’ouverture définitive de deux étages en 1999. En 2009, elle devient Conservatrice du Musée National de Beyrouth tout en poursuivant sa charge de Rédactrice en Chef de la Revue BAAL (Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaises), éditée par le Ministère de la Culture qui publie annuellement les résultats des fouilles et prospections archéologiques au Liban. Entre 2014 et 2016, elle dirige la réhabilitation des nouvelles salles du sous-sol du Musée avec une nouvelle muséologie, projet financé par le Bureau de Coopération italienne à Beyrouth. Cette même collaboration lui permet de publier le Guide du Musée national, en 4 versions, arabe, français, italien et anglais.
En charge de la documentation et recherche des objets archéologiques, elle a été également responsable des dossiers concernant le trafic illicite d’antiquités. Elle a suivi en particulier le cas de « la tête de taureau » et d’autres antiquités rapatriées au Liban en 2017.
Sa longue expérience dans le domaine muséal, lui permet en outre d’assurer, depuis 2011, un cours de «Muséologie et Patrimoine» à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, dans le cadre du Master en Curatoriat et Critique d’Art.



Isabelle Doumet Skaf a obtenu un BA en Beaux-Arts à l’Université de New York en 1982 et a suivi une formation de conservatrice / restauratrice à l’Institute of Archaeology de l’Université de  Londres où elle a obtenu un BSc en conservation archéologique en 1985. Elle a travaillé dans plusieurs musées et laboratoires dans le cadre de sa formation  et s’est rendue  en Irak en tant que restauratrice avant de retourner à Beyrouth où elle a dirigé un atelier privé jusqu’en 1991. Après avoir travaillé comme conservatrice / restauratrice à la Direction Générale des Antiquités en 1994 dans le cadre d’un programme de l’UNESCO, elle est devenue chef du laboratoire de restauration de 1997 à 2001. Sa tâche principale fut dans un premier temps de mener à bien les opérations de sauvetage des collections du Musée National qui avaient été entreposées pendant la guerre dans le sous-sol du musée. Après quoi, les objets les plus importants de la collection ont été traités sous sa direction au laboratoire de la Direction Générale des Antiquités  en vue de la réouverture du musée en 1997 et 1999. Depuis 2001, elle travaille comme conservatrice / restauratrice indépendante pour plusieurs fouilles et musées au Liban  et a achevé en 2004 une maîtrise en administration des affaires (ESCP / EAP-ESA, Beyrouth).

Visionner la discussion sur Zoom

Presse